Download E-books Marguerite de la nuit; suivi de À l'hôpital Marie-Madeleine PDF

By Pierre Mac Orlan

Montmartre en 1924. Dans un meublé de los angeles position du Tertre, un vieillard achève tristement sa vie. mais il s'appelle Faust - Georges Faust - et ce nom, entre tous, est fait pour donner de l'espoir aux vieux messieurs.

Avec marguerite de los angeles nuit, où le fantastique du mythe s'insère merveilleusement dans le Paris des années vingt, Pierre Mac Orlan a écrit l'un des plus célèbres de ces contes insolites où excelle son génie poétique.

Show description

Read or Download Marguerite de la nuit; suivi de À l'hôpital Marie-Madeleine PDF

Best Literature books

The Dixon Cornbelt League, and Other Baseball Stories

A suite of ghostly baseball tales via the writer of Shoeless Joe, the root for the movie box of goals, depicts a paranormal, mystical universe the place the nationwide hobby is regularly in season. 35,000 first printing. $25,000 ad/promo. travel.

Slingshot: A Spycatcher Novel (Spycatcher Novels)

Matthew Dunn makes use of his adventure as a former MI6 box officer to carry transfixing realism to Slingshot, his 3rd Spycatcher novel that includes Will Cochrane—MI6’s, and now the CIA’s, so much prized asset and deadliest weapon. In Slingshot, Cochrane is ordered to recuperate a mysterious rfile stolen via a Russian overseas Intelligence provider (SRV) traitor operating for a former high-ranking East German Stasi officer.

Codex

Approximately to leave on his first holiday in years, Edward Wozny, a hotshot younger funding banker, is distributed to assist one among his firm's most crucial and mysterious consumers. His activity is to look their library stacks for a important medieval codex, a treasure stored sealed away for a few years and for lots of purposes.

Extra resources for Marguerite de la nuit; suivi de À l'hôpital Marie-Madeleine

Show sample text content

Angèle parlait au jeune homme, dont Faust ne pouvait voir le visage, avec une animation familière et agressive. A los angeles fin, celui-ci tira un stylographe de sa poche, écrivit quelques mots sur un time table minuscule, et tendit naturellement le stylo à Angèle, qui le mit ostensiblement dans son sac à major. Elle revint vers Faust qui l’attendait patiemment. — C’est Léon, dit-elle, sans plus d’explications. Puis elle prit le stylographe, le dévissa et regarda soigneusement l’intérieur du tube. Faust eut le temps d’entrevoir qu’il était rempli de poudre blanche. Angèle remit l’objet dans son sac. — Alors, fit-elle, tu veux rigoler ? — C’est-à-dire... bredouilla le vieux. — Viens cette nuit au Saharet. Tu verras des poules qui dansent, des varieties comme toi qui boivent du champagne. Je te ferai connaître des copines, si tu veux faire l. a. partie. — C’est loin, cet établissement ? demanda Faust. — Non... au coin de los angeles rue, près de l. a. position Pigalle... — Mademoiselle, vous êtes bien gentille, mais je ne crois pas que je puisse vous accompagner ce soir. — Ah ! healthy Angèle... Alors, mon vieux, à los angeles prochaine. Elle se leva, serra l. a. major qu’il lui tendait et reprit sa path entre les arbres. Faust, seul à los angeles terrasse de l. a. Chope, tâtait toujours l’emplacement de sa barbe absente. Puis, il fouilla longtemps dans toutes les poches de son complet neuf, des poches propres et froides dont il n’avait pas l’habitude. Il trouva enfin ses billets. Il lui restait deux cent cinquante francs. Il paya le garçon et reprit sa prom. Au loin, l. a. lumière lilas des lampes à arc, les feux rouges et jaunes de l. a. publicité du plaisir attiraient les hommes et les femmes de l. a. nuit comme une bagarre. Faust se dirigea à petits pas, vers ce qu’il pressentait bien être le yet de son voyage. Il remontait comme une bulle légère des profondeurs de mille années pour jeter ses dernières forces dans un épanouissement philosophique absolu. Il était prêt à tous les sacrifices littéraires afin d’entrer dans los angeles mort, comme on entre au Monico ou au Mitchell. Il voulait connaître Dieu par l’intermédiaire d’un jazz-band, et pénétrer dans l’Eternité avec au dos de son veston, l’étiquette : 1924. CHAPITRE III Saharet... Saharet... Les lettres rouges scintillaient, accrochées dans l. a. nuit, à l. a. portée de los angeles major, puis s’éclipsaient pour renaître une à une en s’immobilisant une seconde comme un regard de fille qui clothes le buyer. Elles disparaissaient dans un renoncement automatique. Un serpent de feu vert courait en passant par maints tunnels à l. a. poursuite du petit jour. A travers les fenêtres et les portes closes, une mélodie de jazz-band coulait comme un ruisseau céleste dans le gouffre noir de l. a. nuit, entre chaque apparition lumineuse du mot : Saharet. los angeles tête élevée vers le ciel maquillé de l. a. rue, Faust se glissait avec précaution entre les voitures de luxe et les taxis au repos dans le centre obscur de los angeles position Pigalle. Des hommes, mobilisés chaque soir pour les besoins de los angeles fête, épiaient les portes des établissements de nuit, où les grandes voitures sournoises stoppaient doucement au coup de sifflet d’un chasseur délicat ou d’un portier herculéen.

Rated 4.06 of 5 – based on 27 votes